Substances et procédés interdits

La liste des substances et procédés interdits

Substances et méthodes interdites en compétition :

S6- Stimulants 
S7- Narcotiques 
S8- Cannabinoïdes 
S9- Glucocorticoïdes 

Substances et méthodes interdites en et hors compétition :

S0- Substances non approuvées

S1- Agents anabolisants 
S2- Hormones peptidiques, facteurs de croissance et substances apparentées
S3- Bêta-2 agonistes
S4- Antagonistes et modulateurs hormonaux
S5- Diurétiques et autres agents masquants 
M1- Amélioration du tranfert d'oxygène
M2- Manipulation chimique et physique
M3- Dopage génétique

Substances interdites dans certains sports :

P1- Alcool 
P2- Bêta-bloquants

 

A propos de quelques substances dopantes...leurs risques

Voici quelques éléments concernant les principales substances interdites. Il ne semble pas nécessaire de s'étendre sur le caractère illicite et dangereux de leur utilisation (voir liste des interdictions), néanmoins, les risques connus aujourd'hui augurent très certainement les dangers de demain (voire les catastrophes...), car nul ne peut connaître les effets à long terme de telles pratiques sur la santé, de surcroît lorsqu'il y a polyconsommation.

Les agents anabolisants :

Il existe trois catégories d'agents anabolisants :

  1. Les stéroïdes anabolisants androgènes exogènes : ne pouvant être produits naturellement par l'organisme humain (ex : nandrolone).
  2. Les stéroïdes anabolisants androgènes endogènes : pouvant être produits naturellement par l'organisme humain (ex : le testostérone).
  3. Autres substances possédant une structure chimique similaire ou un des effets biologiques identiques

Ils sont interdits en et hors compétition.

Leur utilisation dans le cadre d'une conduite dopante vise à développer la masse musculaire (effet anabolisant), mais également à augmenter la force, la vitesse et la puissance. Ils sont utilisés également pour améliorer l'endurance et la résistance aux charges d'entraînement. Enfin, ils contribuent à un renfort de la volonté et agissent au niveau de la sensation de bien être.

LES RISQUES: Atrophie des testicules ; lésions de la prostate ; impuissance (pour les hommes) développement de la pilosité ; perturbation des cycles menstruels (pour les femmes) ; infertilité ; arrêt de la croissance ; cancer du foie ; rupture tendineuse ; déchirure musculaire ; troubles du comportement ; agressivité.


Les hormones peptidiques, facteurs de croissance et substances apparentées:

Les produits: Gonadotrophine, hormone de croissance (GH), EPO, insuline.

Ils sont interdits en et hors compétition.

Elles sont difficilement détectables car fabriquées par l'organisme (voie endogène), et de ce fait, il est difficile de déterminer les quantités de substances provenant de la prise de produits de synthèse (voie exogène).

Hormones de Croissance (HGH) : responsable de la croissance du squelette, des organes et des muscles. Elle est utilisée dans le cadre hospitalier pour vaincre le nanisme notamment. Pour certains, à usage répété, elle permettrait indirectement une augmentation de la masse musculaire. Il en résulte une amélioration de la force et de la vitesse de contraction musculaire.

LES RISQUES: Croissance anormale des organes ; hypertrophie osseuse ; déformation irréversible des os plats (faciès chevalin) ; hypertension et insuffisance cardiaque ; diabète ; maladie de Creutzfeldt Jacob...
·Erythropoïétine (EPO) : l'EPO est produite au niveau du rein et sa sécrétion stimule, dans la moelle osseuse, la production et la maturation des globules rouges. Elle corrige les anémies sévères, notamment chez les insuffisants rénaux. La prise d'EPO améliore le transport de l'oxygène en direction des muscles, ce qui permet l'augmentation de la durée d'entraînement en repoussant dans le temps la sensation de fatigue. Cela permet également d'augmenter la VO2max, soit l'aptitude de l'organisme à utiliser de l'oxygène au cours de l'effort. La prise d'EPO à pour effet une augmentation du taux d'hématocrite, paramètre nécessaire mais pas suffisant pour certifier un cas de dopage.

LES RISQUES: Obstruction des vaisseaux sanguins (due à l'augmentation de la viscosité du sang et à la diminution de la fluidité sanguine) ; arrêts cardiaques pouvant entraîner la mort.

 

Les bêta-2 agonistes :


Les Bêta-2 agonistes comme le bambutérol ou le clembutérol (usage vétérinaire) agissent en stimulant les récepteurs bêta du système sympathique, provoquant une augmentation de la fréquence cardiaque et un relâchement des muscles bronchiques et utérins. Ils sont également utilisés pour leur vertu anabolisante (à des doses très supérieures aux doses thérapeutiques).

Ils sont interdits en et hors compétition.

LES RISQUES: Troubles du comportement ; agressivité ; ruptures tendineuses ; déchirures musculaires ; cancer du foie et certaines pathologies cardiaques.

Note: Depuis janvier 2010, le salbutamol (ventoline) n'est plus interdit, il peut être utilisé avec une simple déclaration d'usage.
 

Les antagonistes et modulateurs hormonaux:

 Les produits: Raloxifène, tamoxifène, formestane (interdit uniquement chez le sportif masculin)...

Ils sont interdits en et hors compétition.

Les effets sont la modification du profil hormonal.

LES RISQUES: embolies pulmonaires, phlébites, prise de poids...

 

Les diurétiques et autres produits masquants:

Les produits: diurétiques (canrénone, chlortalidone, furosémide...), probénécide, succédanés de plasma (albumine, dextran..)

Ils sont interdits en et hors compétition.

Les diurétiques sont des médicaments favorisant l'excrétion rénale d'ions tels que sodium, potassium... Les produits masquants accélèrent ou retardent l'élimination de substances interdites, par exemple les anabolisants, et permettent ainsi d'avoir des contrôles "faussement négatifs". Ils peuvent également modifier les paramètres hématologiques.

LES RISQUES: Déshydratation, les problèmes rénaux, les troubles du rythme cardiaque et l'hyperglycémie, troubles musculaires et digestifs.


Les stimulants  : 

Ils sont interdits en compétition et comprennent les amphétamines, la cocaïne, le modafinil, les dérivés éphédrinés, les bêta-sympathico-mimétiques ainsi que les substances apparentées par leur structure chimique ou leurs effets biologiques.

Ils agissent sur le système nerveux central et favorisent l'état de vigilance. Ces substances accroissent la concentration, l'attention, la confiance en soi et diminuent artificiellement la sensation de fatigue.

LES RISQUES: Hypertension artérielle ; trouble du rythme cardiaque ; modification du psychisme ; effet d'accoutumance et de dépendance ; état de grande excitation ; agressivité...

Note: L'angalis Tom Simpson est mort sur les pents du Mont Ventoux lors du Tour de France 1967, suite aux effets combinés des amphétamines et d'une déshydratation prnoncée.

 

Les narcotiques  :

Les narcotiques comprennent les opiacés et les analgésiques de synthèse. Sont extraits des opiacés (dérivés de l'opium) : la morphine, l'héroïne ou la méthadone.

Ils sont interdits en compétition.

Ces produits provoquent un relâchement musculaire et une diminution de la sensibilité. Ils sont consommés dans le but de repousser le seuil d'apparition de la douleur.

LES RISQUES: Dépendance physique et psychologique, accoutumance, dépression respiratoire, diminution du rythme cardiaque, de la capacité de concentration et de la capacité de coordination, trouble du comportement, excitation, aggressivité.

 

Les cannabinoïdes :

Les produits: cannabis, haschich, marijuana.

Ils sont interdits en compétition.

Le cannabis est inscrit sur la liste des produits interdits en France, et il est maintenu par l'AMA dans le cadre des contrôles "en compétition". Les effets de la consommation cannabique sont variables : légère euphorie accompagnée d'une envie spontanée de rire, légère somnolence. A dose répétée, elle entraîne un désintérêt, une démotivation, une diminution de l'attention et de la concentration. Certaines tâches deviennent difficiles, la perception du temps est perturbée ainsi que la perception visuelle et la mémoire immédiate (ou mémoire de travail). Une consommation régulière entraînera une dépendance psychique. La toxicité du cannabis dépendra beaucoup de la concentration en Delta-9-tétrahydrocannabinol (THC) que l'on sait variable en fonction de l'origine du produit. Cette substance reste parmi les plus fréquemment détectées lors des contrôles antidopage.

Elle constitue un grand danger de contrôle positif en raison de sa période d'élimination très longue de l'organisme (plusieurs semaines). Le cannabis est considéré comme un dopant dans la mesure où c'est un myorelaxant et un anti-douleur. Certains sportifs l'utiliseraient aussi pour lutter contre le stress et l'anxiété avant, pendant et après la compétition, pour augmenter diverses facultés de perception sensorielle (effacer la douleur, euporie..).

LES RISQUES: Troubles de la mémoire ; baisse de la vigilance ; perte de la capacité d'apprentissage ; accoutumance voire dépendance ; effets pulmonaires ; accroissement de la sensibilité de l'organisme aux maladies infectieuses ; problèmes vasculaires graves. 

 

Les glucocorticoïdes:

Les produits: cortisone, désonide, fluocortolone, hydrocortisone...

Ils sont interdits en compétition.

La cortisone est une hormone normalement produite par la partie externe des glandes surrénales (corticosurrénales). Avec l'hydrocortisone (cortisol) dont elle dérive, elle fait partie de la classe des glucocorticoïdes utilisés pour leurs effets anti-inflammatoires, anti-allergiques et euphorisants. Leur utilisation dans la pratique sportive repose sur son action antalgique due à l'effet anti-inflammatoire qui soulage la douleur. Ils entraînent également un effet euphorisant provoquant la surexcitation, ils stimulent la volonté et reculent le seuil de perception de la fatigue au cours de l'effort.

LES RISQUES: Fragilisation des tendons et des muscles (avec risque de rupture et de claquage) ; fragilisation des os (fuite de calcium) : risque de fracture de fatigue ; diminution des défenses immunitaires avec des risques d'infections diverses ; rétention d'eau et de sodium avec risques d'oedème ; troubles psychiques et agressivité.

Note: Tous les glucocorticoïdes sont interdits lorsqu'ils sont administrés par voie orale, intraveineuse, intramusculaire ou rectale. Une déclaration d'usage doit être remplie par le sportif pour les glucocorticoïdes administrés par voie intra-articulaire, péri-articulaire, prétendineuse, péridurale, intradermique et par inhalation.

 

L'amélioration du tranfert d'oxygène:

Le dopage sanguin, y compris l'utilisation de produits sangins autologues, homologues ou hétérologues, ou de globules rouges de toute origine. L'amélioration artificielle de la consommation, du transport ou de la libération de l'oxygène, incluant sans s'y limiter les produits chimiques perfluorés, l'éfaproxiral (RSR13) et les produits d'hémoglobine modifiée (par ex. les substituts de sang à base d'hémoglobine, les produits à base d'hémoglobines réticulées) mais excluant la supplémentation en oxygène.

Elle est interdite en et hors compétition.

 

La manipulation physique et chimique:

La falsification, ou la tentative de falsification, dans le but d'altérer l'intégrité et la validité des échantillons recueillis lors des CAD est interdite. Cette catégorie comprend, sans s'y limiter, la cathétérisation, la substitution et/ou l'altération de l'urine. Les perfusons intraveineuses sont interdites, sauf celles reçues légitimement dans le cadre d'admissions hospitalières ou lors d'examens cliniques.

Elle est interdite en et hors compétition.

 

Le dopage génétique:

Le transfert de cellules ou d'éléments génétiques (par ex. ADN, ARN), l'utilisation d'agents pharmacologiques ou biologiques modulant l'expression génétique.

Elle est interdite en et hors compétition.

 

L' alcool (éthanol):

L'alcool est interdit en compétition seulement dans un certain nombre de sports tels que l'automobile, le motocyclisme, aéronautique, billard, karaté, ski, pentathlon, tir à l'arc, quilles..Le seul de violation est de 0,10G/litre.

LES RISQUES: Dépression du système nerveux central ; accoutumance et dépendance ; détérioration des facultés psychomotrices.

 

Les bêta-bloquants:

Les bêta-bloquants sont des médicaments qui régulent et ralentissent le rythme cardiaque. Ils sont utilisés dans certains sports comme anti-stress. Ils limitent aussi les tremblements des extrémités. À moins d'indication contraire, les bêta-bloquants sont interdits en compétition seulement, dans les sports suivants : Aéronautique (FAI), Automobile (FIA), Billard (WCBS), Bobsleigh (FIBT), Boules (CMSB), Bridge (FMB), Curling (WCF), Gymnastique (FIG), Lutte (FILA), Pentathlon moderne (UIPM), Quilles (FIQ), Tir (ISSF), Tir à l'arc (FITA), Voile (ISAF).

LES RISQUES: Troubles du rythme cardiaque ; dépression psychique ; impuissance sexuelle si utilisation répétée.

 Note: la créatine ne fait pas partie des listes de substance sinterdites, pendant longtemps interdite à la vente en France, elle est considérée comme un complément alimentaiare, mais elle augmenterait les risques de déchirures musculaires et de cancers.

 

A propos de la liste des substances et procédés interdits 

En France, l'usage de produits ou procédés dopants est constaté, dans un prélèvement biologique, généralement urinaire ou sanguin, par la présence d'une substance ou l'utilisation d'un procédé figurant sur une liste définie par arrêté interministériel. La loi précise que la liste est la même pour tous les sports. [...] En pratique, la liste applicable en France est désormais celle établie par l' AMA, puisque le groupe de suivi de la convention du Conseil de l' Europe a pris le parti de systématiquement adopter la liste de l' AMA, dont on peut observer qu'elle n'est pas la même pour tous les sports. 

 

Programme de surveillance relatif à certaines substances

L'agence mondiale antidopage (AMA) a mis en place un programme de surveillance afin d'observer les comportements en rapport à certaines substances ou procédés. Ceci va permettre de travailler en conséquence pour statuer sur telle ou telle conduite dopante ou encore certains cas de mésusage.

 

Procédure d'adoption de la liste

Les substances dopantes et les méthodes de dopage interdites figurent sur une liste qui répond à une double préoccupation de protection de la santé des sportifs d'une part, et de l'esprit et l'éthique sportif, d'autre part. 

La France reconnaît la liste de référence des classes pharmacologiques de substances et de procédés dopants interdits, révisée et adoptée par le Groupe de suivi de la Convention contre le dopage du Conseil de l'Europe. Cette convention a été adoptée le 16 novembre 1989 et publiée, par décret n°91-274 du 13 mars 1991, au Journal officiel de la République française du 16 mars 1991.

La liste des substances dopantes et méthodes de dopage interdites reprend celle proposée par le Comité international olympique (CIO) et l'Agence mondiale antidopage (AMA), et adoptée par les fédérations sportives internationales. Cette liste est élaborée et proposée par l'AMA. Les sportifs ayant eu recours au dopage sont sanctionnés par les instances disciplinaires sportives telles que les commissions disciplinaires des fédérations françaises et l'Agence Française de Lutte contre le Dopage (AFLD).

 

Questions, Réactions, Témoignages">

Questions, Réactions, Témoignages

 

Téléchargements

Document Date Détails Type
Liste des interdictions 2014 28/05/14   pdf télécharger
Programme de surveillance 2014 28/05/14   pdf télécharger
Résumé des principales modifications sur la liste 2014 28/05/14   pdf télécharger
Résumé des principales modifications sur la liste 2013 20/12/12   pdf télécharger
Programme de surveillance 2013 20/12/12   pdf télécharger
Liste des interdictions 2013 20/12/12   pdf télécharger
Formotérol et AUT 10/02/12   pdf télécharger
Formulaire de renouvellement AUT 2012 24/01/12   pdf télécharger
Formulaire AUT 2012 24/01/12   pdf télécharger
Résumé des principales modifications de la liste des interdictions 2012 28/09/11   pdf télécharger
Programme de surveillance 2012 28/09/11   pdf télécharger
Liste des interdictions 2012 28/09/11

Retrouvez la liste exhaustive des interdictions pour l'année 2012. Entrée en vigueur le 01/01/2012

 

 
pdf télécharger
Liste des interdictions 2011 05/10/10

Retrouvez la liste exhaustive des interdictions pour l'année 2011. Entrée en vigueur le 01/01/2011

 
pdf télécharger
Liste des interdictions 2010 12/01/10

Retrouvez la liste exhaustive des interdictions pour l'année 2010. Entrée en vigueur le 01/01/2010

 
pdf télécharger
Liste des interdictions 2009 12/01/10

Retrouvez la liste exhaustive des interdictions pour l'année 2009. Entrée en vigueur le 01/01/2009

 
pdf télécharger
Liste des interdictions 2008 23/11/07 Retrouvez la liste exhaustive des interdictions pour l'année 2008. Entrée en vigueur le 01/01/2008   pdf télécharger
Liste interdictions 2007 31/10/07 Retrouvez la liste exhaustive des interdictions entrée en vigueur le 01/01/2007   pdf télécharger